Outils, culture managériale et dynamique associative:

Réflexions critiques sur l’émergence des pratiques managériales d’intelligence collective dans le monde de la culture et du social.

 

En tant qu’acteurs du monde de la culture et du social, nous assistons depuis quelques années à la multiplication de nouveaux outils (cercles de décision, réunions de gouvernance, élection sans candidat, prise en charge de rôles...) qui se revendiquent d’intelligence collective au sein des associations. Ceux-ci se retrouvent dans la gestion de nos organisations et dans nos pratiques de terrain. S’inscrivant dans un mouvement plus large qui s’inspire des nouvelles formes d’organisation du travail et de management développées dans le secteur privé puis public, ce changement de pratique, envisagé comme un nouveau paradigme, n’a guère fait l’objet d’une analyse critique.

Ces outils définissent de nouvelles modalités de prise de décision qui veulent rompre avec l’archaïsme d’une culture associative et l’obsolescence de ses pratiques pour agir dans un monde toujours plus complexe en favorisant un contre-modèle plus démocratique, participatif, inclusif, respectueux des individualités et de l’être humain en général.

Dans le contexte de mutation profonde qui est le nôtre, l’innovation est séduisante. Ne conviendrait-il toutefois pas de nous interroger sur les raisons qui poussent le secteur socio-culturel à recourir à ces outils d’intelligence collective tant ce concept revêt pour nous des compréhensions et des pratiques bien différentes.

Face à un discours en rupture avec le passé, il nous semble indispensable de réinscrire ces outils dans la perspective qui est la leur. S’il n’y a pas d’outils sans culture, de quelle(s) culture(s) ces objets sont-ils l’expression ? Qui en sont les inspirateurs, les inspiratrices ?  Quelles étaient leurs idées, leur vision du monde ? Quelle réalité se cache derrière les mots de Gouvernance, de bienveillance et de coopération agile auxquels ces outils sont généralement associés ? Quels retours de la part de celles et ceux qui les ont expérimentés ? Quels liens existe-t-il entre ces outils et la conception post-moderne de la société, les politiques d’Etat Social Actif ?...

⚠ Pour celles et ceux qui ne pourraient pas participer à cette Université d'Automne, sachez qu'elle sera dupliquée, au printemps prochain à Bruxelles, le week-end du 22, 23 et 24 mars 2019.

 Ο Pour rester cohérent dans le processus de cette formation il est indispensable de participer aux 3 journées.

 Ο Il vous est d'ores et déjà possible de vous inscrire pour les deux formations. Pour ce faire, il suffit de remplir ce bulletin d'inscription:

Cliquez ici 57642582 souris d ordinateur pointeur curseur ligne de flche icne de l art pour les applications et les si

universites recto  Universites Flyers pdf2 Page 2   

 

L’inscription s’élève à 90 euros

Elle comprend les 3 jours de formation et les repas du midi.

Logements sur place (en nombre limité).

Possibilité d’intervention financière du fond 4S (cp 329.02 - 03) ou d’autres fonds
de formation sectoriel. Le montant de l’inscription ne doit pas constituer
un frein à votre participation; des solutions existent, n’hésitez pas à nous contacter
 

Ο Informations et réservations:

 - pour Liège : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

- pour Bruxelles : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.



 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

photo UA

 

 

28, 29 et 30 novembre 2016 - Espace Belvaux

Au total, c'est une trentaine de personnes,travailleurs, militants et bénévoles qui sont réunis pour se pencher sur l'état de notre société actuelle, nous avons pu mettre en lumière une serie de constats sur notre système démocratique, économique et culturel. Ces questionnements et ces échanges riches des points de vue et expériences des uns et des autres ont pu être éclairés et alimentés par l'apport d'intervenants académiques et personnes ressources issus du terrain. 

Nous tenions à remercier tout d'abord les participants sans qui cet évènement n'aurait pas lieu, les personnes ressources et les intervenants qui acceptent toujours de venir nous aider dans ces chantiers collectifs et enfin, l'Espace Belvaux qui se plie en 4 pour nous accueillir dans les meilleures conditions possibles et enfin, les travailleurs et les adminsitrateurs de Peuple et Culture. 

Nous vous donnons rendez-vous dans deux ans pour la prochaine édition. 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter
Pièce jointes
File
Download this file (université automne 2016 modifié - 10-10-16[1].pdf)Télécharger la brochure

visucolloque20151

Exclusions, racisme, terrorisme…L’époque que nous vivons a plus que jamais besoin de faire vivre les débats, d’expérimenter de nouvelles formes de vivre ensemble, de concrétiser les indignations en puissance d’agir pour un autre monde.

Les associations ont cette constante attention de la lutte pour l’émancipation dans leur action de terrain avec toutes les couches de la population. Beaucoup ressentent cependant des difficultés croissantes à mener à bien leurs missions : c’est en tous cas ce qui s’est exprimé lors des dernières rencontres que Peuple et Culture a organisées autour de l’Éducation populaire :

Les acteurs culturels sont confrontés à des restrictions budgétaires

Les centres culturels et de jeunes craignent de plus en plus les pressions politiques partisanes

L’insertion professionnelle est étouffée par les exigences de productivité à court terme

L’aide à l’emploi devient machine à exclusion des allocations

Les agents de l’action sociale deviennent contrôleurs de l’activation des bénéficiaires

Les militants et travailleurs de l’Éducation permanente sont inquiets des restrictions de leur autonomie et du glissement de leurs priorités


L’interrogation est d’autant plus vive que des contradictions sont pointées entre politiques fédérales, communautaires et régionales : tous les niveaux de pouvoir ne semblent pas avoir la même conception de l’importance du sens de l’action associative et de son indépendance par rapport au pouvoir économique et politique. Dans le prolongement des Ateliers de l’Utopie, Peuple et Culture vous invite à participer à un groupe de travail qui a pour objectif d’analyser en quoi les difficultés actuelles rencontrées, en raison des tensions-mêmes qu’elles suscitent, sont de nature à compromettre la mise en œuvre de notre travail associatif et donc de fragiliser la démocratie.

L’étape suivante pourrait être de vérifier cette analyse commune sur nos différents terrains pour ensuite nous associer avec d’autres acteurs portant les mêmes revendications afin de les transmettre aux décideurs.

Pierre Arnoldy (responsable du projet)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

04/3428333

0493/564635

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter